RWS Jour 40 à 43

IMG_1427.JPG

VIVE LE VOLEUR

Impatient, je tiens dans ma main droite un long morceau de bois au bout duquel est scotché un couteau à pain. Derrière moi, des visiteurs prennent le journal du jour avec curiosité. Je leur jette un coup d’œil furtif. J’attends Enrique, appuyé sur ma lance faite de bric et de broc, tel un soldat las en attente d’action. Je lance des regards à Anne toute les 2 minutes, pour m’assurer qu’elle aussi est prête, et qu’au moment venu, elle saura se mettre en mouvement.

IMG_1429.JPG

Tout a commencer la veille. Après deux jours de travail sur l’édition spéciale du journal qui sera publiée samedi. Alors que je me reposais de ces deux jours à découper, coller, assembler les six pages du journal. C’était d’ailleurs un plaisir. Un plaisir de faire, d’être dans la forme et l’assemblage des éléments que le collectif m’envoyait, ou bien qu’Anne Cotten et Jean-Pierre Rochat ont écrit. C’est pendant un de ces moments de respiration que j’ai vu Anne en train de peindre avec ferveur un immense portrait. Quand elle me demanda de l’aider à le transporter dans le forum, je ne pouvais que dire oui, emporté avec plaisir dans une aventure improvisée. Nous passerons deux bonne heure à l’accrocher en haut de deux grand bloc de polystyrène assemblés.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. L’édition spéciale. Attacher la grande peinture. Si la tempête ne s’était pas encore imposée comme la grande faiseuse de désordre. Les bourrasque mirent vite le bloc de polystyrène à terre. Avec lui, la peinture de Anne, représentant Robert Walser déguisé en brigand à l’age de 9 ans.

Notre ambassade se mua en piscine. Tout le monde s’activait à sauver ce qui pouvait l’être. Puis nous sommes aller finir la journée de l’autre côté de la sculpture, dans le gymnase. Le toit vibrant sous les gouttes, Jean-Pierre Rochat nous lisait ses textes.

IMG_1450.JPG

C’est à peu prêt cette suite d’évènements qui m’emmena précisement à cet instant d’impatience, appuyé sur ma lance en bois affublé d’un couteau à pain. Le jour même où Julien et Samir publièrent notre journal, qui remplissait les caisses qui offrent gratuitement le Zeitung. J’appréciait de voir les passant en prendre ou en plier à la va-vite dans leur sac. Mais a ce moment précis j’attendais Enrique, qui n’arrivait pas. Anne était prête dans le forum. Je commençais lentement à monter sur l’escabeau. Enrique arriva. Anne s’empara du micro et dit quelques mots sur la figure du voleur (elle aurait pu dire le brigand). C’était le frère de Robert Walser qui avait fait ce dessin de lui enfant. La figure du brigand l’avait marqué jusqu’au jour où il écrivit “le brigand et autres histoires”. Elle conclut, depuis le centre du forum, en lançant un “VIVE LE VOLEUR”, puis elle leva la tête vers moi. Depuis le haut de l’escabeau, j’essayais avec ma lance d’atteindre un fil qui soutenait la peinture. Je ne voyais pas bien ce que je faisais. Quelques secondes interminables s’écoulèrent, tout le forum avait l’attention fixé sur ce micro-évènement. Schlak. La ficelle se rompit sous la lame du couteau. Frrrrraaa. La peinture se déroula d’un seul mouvement et se révéla à tous.

Collectif Dandelion