RWS Jour 30

WhatsApp+Image+2019-07-15+at+11.31.53.jpg

Par Lore

Trente jours que nous sommes là. Mais la célébration n’est pas au rendez-vous. La journée commence à 10h par une bagarre entre Bridel et Malick. Une table vole, des gifles se perdent. Thomas sort Malick de la structure et Roman tente de calmer Bridel, très en colère. Climax des tensions accumulées ces derniers jours. Quoi faire? Delphine est allée demander à Roman si on pouvait discuter. Il répond négativement, trop épuisé, trop sollicité. Je prend de la peinture et écris au sol de la RWS dans l’entrée sud “JOUR DE CRISE, QU’EST-CE QU’ON FAIT? - WAS MACHEN WIR?”. La question se pose plus que jamais et quelqu’un doit y répondre. Thomas? Déni.

Capture+d%E2%80%99ee%CC%8Ccran+2019-07-14+aE%CC%8C+18.22.43.jpg

Et nous, dandelion, qu’est-ce qu’on fait? Les lieux nous paraissent hostiles, tristes, en désuétude. Nous convoquons tout le collectif pour une discussion par vidéo conférence (Yves est à Genève, Charles à Avignon, Grace aux Etats-Unis). Avant ça Claude-Hubert, dont nous avons mis au courant de nos inquiétudes, nous contacte lui aussi par vidéo conférence. Il nous donne de précieux conseils et nous rassurent: “à l’impossible nul n’est tenu”.

Capture+d%E2%80%99ee%CC%8Ccran+2019-07-14+aE%CC%8C+18.40.44.jpg

La discussion avec les autres dandelions nous mènent à la conclusion que nous devrions nous retirer quelques jours jusqu’à la possibilité de tous nous rendre sur place, à l’exception de Grace, trop éloignée géographiquement, afin de prendre ensemble la température et décider de l’avenir. Il n’est pas question d’abandonner. Nous avons envie de construire quelque chose ici, c’est certain. Mais les conditions de travail et les moyens dont nous disposons ne sont pas exactement ceux que nous attentions pour mener à bien nos objectifs. Dans cette équation, les conditions ne dépendent pas de nous et si celles-ci ne peuvent être modifiées alors c’est nos objectifs que nous devons revoir. Demain nous parlerons de nos sentiments et de cette idée de repli à Thomas. A suivre…

Collectif Dandelion