Robert Walser J13 et 14

P1022374.JPG

Par Yves

Nous somme le 13, Charles est arrivé hier. Petites retrouvaille. Nous nous sommes chacun raconté ce qui s'est passé ici en l'absence de l'autre. Il m'a fait part de ses impressions quand au fait de revenir dans ce lieu après une pause. Nous reprenons quelques chantiers, avoncons sur notre panneau avec inscrit "en expédition" d'un côté, et "expéditions à partir de 14h de l'autre. A 14 heure, il est évident pour nous que l'horaire choisie pour les expéditions n'est pas idéale; en effet à cette heure la température frise les 40°. Nous sommes un jour impair, la balade est donc demain mais nous décidons de la faire à 11h, pour plus de fraicheur.

P1022386.JPG

Je me réjouis de faire cette première expédition dans Bienne avec le "wagon de conquête". Nous décidons d'ouvrir un nouveau chemin et pour le choix de la direction d'y aller plus au feeling. A chaque croisement, intersection nous nous concertons afin de savoir si l'on prend à gauche, droite, tout droit. Nous marquons d'une flêche le sol avec la direction choisie, et d'une même flêche le grand papier logé au fond du wagon. A chaque intersection, nous choisisons également un détail, une image, odeur, un son pioché à cet endroit, couché sur le papier. Nous nous retrouvons assez vite entouré de vert et notre expédition finit par nous mener face à trois bassins de forme hexagonale, sur un terrain d'herbe. Ces bassins donnerons plus tard le nom de ce nouveau lieu sur notre carte évolutive. Nous plantons chacun une poignée de graines de dandelion après être fait reprendre à l'ordre parcequ'il est interdit de faire trempete dans les bassins, et repartons. En arrivant à l'ambassade nous tracons le sentier entrepris sur le sol de l'ambassade. La carte accueille désormais un petit hexagone vert, et, relié à cette route, à hauteur d'enfant, les traces de notre expédition.

P1022409.JPG

Il y a quelque chose de particulier à vivre sur cette sculpture la majeure partie de son temps. J'entend certaines personnes dire que 86 jours, c'est long. En discutant avec Christian, je trouve quelqu'un qui ne compte pas les jours. "Il faut saisir les jours un par un, comme ils viennent". Chaque jour le programme est le même, mais chaque jour des expériences différentes. De nombreux moments partagés, privilégiés, avec des visages qui deviennent des noms, des noms qui deviennent des histoires. L'histoire de Malik, racontée au micro plus en détails, a ému tout le monde. Assisté à Thomas dans une de ses grandes émotions

P1022389.JPG

Ici, on a un peu l'impression de vivre sur un bateau. Surélevé, avec un équipage permanent. Dans le même temps on croise une quantité de gens qui marchent ou èrent d'un pas lent, comme s'ils marchaient pour la première fois sur la lune, lents dans tous leurs mouvements. Ralentis par la chaleur mais également par le fait de ne pas savoir sur ou dans quoi ils se trouvent.

J'ai découvert aujourd'hui une pièce vide. Juste un écran, un canapé et une chaise en scotch, la flore du navire. Rien, quoi. Pas d'information à ingérer, rien de marqué sur les murs. Une capsule presque stérile, on dirais une pièce secrète que personne n'aurait découvert. Il y a encore à visiter, encore des personnes à découvrir, et plein de choses à créer.

Collectif Dandelion