Robert Walser J15 et 16

P1022309.JPG

Par Laura

29.6.2019

Arrivée dans la sculpture, à ma grande surprise Thomas balaye la rue. Il fait chaud, heureusement un brin d'air nous rafraîchit et soulève les premières pages des livres. Qui est Ann Cotten ? aucune idée ? Jean-Pierre Rochat n'est pas là pour répondre. Rencontre avec Gabriela. Je me présente, elle aime bien mon prénom. Regard furtif de Thomas par la fenêtre... J'ai ma réponse à qui est Ann Cotten, elle est une grande auteure américaine, mais elle écrit en allemand... son stand est en face ...? elle est en fait autrichienne. Aujourd'hui, il y a du monde, j'ai croisé 10 personnes en 10 minutes. Je revois une femme que j'ai aidé hier à monter des marches. Elles sont hautes et maglé quelques rampes, elle n'a pas pu monter 4 marches seules. Jean-Pierre Rochat vient de passer, la mystérieuse Ann Cotten est en résidence à Bienne et selon lui, Thomas l'a invité. Elle fait des lectures dans la sculpture. Evénement annoncé, "vous êtes les bienvenus" - cela me rappelle les vendeurs de légumes dans les rues d'Italie. Une maman arrive avec ses deux enfants, Félicien adore la carte de la ville de Bienne. Il cherche les trains et le funiculaire. Ils repartent pour prendre un train et Félicien dit : Il est là le monsieur tout nu.

Discusssion avec Yves, quel position a Thomas par rapport à la sculpture ? Toute intervention est une production artistique. Il propose : Energy yes, qualit No". Regard furtif d'une femme par la fenêtre...

PHOTO-2019-07-01-21-04-46.jpg

30.6.2019

Aujourd'hui, arrivée je questionne Yves : qu'est -ce qui fait oeuvre ? Hirshhorn est disponible. Il se met à disponsition ? Est-ce qu'aujourd'hui j'aurais (peut-être) des réponses. Yves m'en donne une : ce qui compte c'est la présence et la production, d'un point de vue hirshornien. Nous discutons, Yves aime bien ici, c'est comme une entreprise. Malik est venu nous dire Bonjour. Il a demandé de l'aider à éduquer son chien. Un concert au violon est improvisé. Yves et moi allons l'écouter. Je me décide de parler à Ann Cotten et lui demande de quelle manière elle voudrait que son travail, ses livres soient présentés. Nous parlons en anglais. Elle aménera un texte en anglais. Ses écrits questionnent le langage et sa structure, son usage d'un point de vue ou d'un regard scientifique. Malik parle fort, il y a des réactions. C'est l'heure du théâtre: cette fois, j'ai pris le temps de lire les textes. Cette immersion de deux jours me donne l'impression d'être plus réceptive. Le temps et le rituel est ce qui fait Commun ! Un lien par la rencontre et le familier génère du collectif ? Avec Yves nous avons pris le même chemin fait avec Charles et à un banc nous avons dessiné selon les consignes de l'autre.

Collectif Dandelion